Klonaris/Thomadaki
Le sexe virtuel

Christine Buci-Glucksmann


Requiem pour le XXe siècle
 
[...] Dans les dix dernières années, la figure de l'ange comme passeur d'états et de mondes et comme être sexuellement complexe, n'a cessé de faire retour. Au point qu'elle est devenue la figure quasi emblématique de la communication virtuelle (cf. les travaux de Michel Serres), ou de l'Apparition / Disparition / Annonciation (cf. Richter ou Wenders). Derrière tout cet entre-deux angélique, qui débouche parfois sur de curieuses théologies "légères", il y a bien sûr l'angoisse d'un réel de plus en plus fuyant et traumatique, qui n'appelle qu'une figuration métaphorique ou allégorique. Mais on pourrait également déceler dans l'œuvre d'art "une activité angélique" qui se manifeste par "une logique subversive" comme l'écrivent George Quasha et Charles Stein à propos des installations en double de Gary Hill à Vienne, lors de la grande exposition Engel, Engel

C'est cette logique subversive intrasexes et intramedias que pratiquent Maria Klonaris et Katerina Thomadaki dans leurs photographies, installations ou vidéos, qui explorent tous les "sites de l'ange" en ses figures mythologiques et utopiques. Leur ange-hermaphrodite, de provenance médicale, devient une image matricielle et hybride, porteuse de tous les sexes virtuels. Mais avec ses yeux bandés, il est aussi un témoin sans regard, l'ultime image d'un monde de violences. Ainsi, dans Requiem pour le XXe siècle, son corps pelliculaire énigmatique est incrusté et surimprimé sur fond d'actualités de la Seconde Guerre mondiale retravaillées. Que peut un hermaphrodite angélique devant tant d'horreurs, sinon être ce corps immatériel, sans regard, tour à tour étranger, témoin, victime ou juge? 

Mais cette personne fictive aux yeux bandés d'une beauté toute épiphanique, est confrontée à l'image sonore de l'aveuglement de l'histoire, le nazisme ou la Bosnie. Il est là, immobile, irradié et violenté, comme une allégorie benjaminienne dont il serait l'ultime témoin et le récitant. Un deuil historique et radical du beau, dans son contre-temps. Car comme l'écrit Benjamin: "Pour peu que la beauté se dévoile à contre-temps, on voit fuir et s'anéantir l'inapparence que la révélation substitue au mystère".

Dans son inapparence, cet hermaphrodite suscite une véritable "mortification" de l'image, qui permet de voir l'histoire en ses effets de réel et de catastrophe. Au point qu'avec son bandeau-cicatrice, il rejoint le "monde complémentaire" de Klee et Kafka. Monde présent mais insaisissable, comme les mains de Katerina Thomadaki qui parcourent le corps photographié des plans vidéos du même hermaphrodite, dans la fiction érotique de Personal Statement (I994). Elles explorent de tout leur toucher-voir la surface de l'écran, où l'hermaphrodite est tranformé en "Moi-Peau" (Anzieu). Une frontière, une barrière, une protection et une érotique pré-symbolique, qui reprend tout l'héritage de la surface en art. 

Offrir la peau comme écran et interface du sexe virtuel, la démultiplier en miroirs et projections, c'est identifier potentiellement intersexualité et intermedia. Car à mettre le sens en surface, on quitte définitivement la "pureté" moderniste sans tomber dans un éclectisme post-moderne de bon aloi. En cela, la peau écranique est toujours biface et ambivalente. Interne et externe, superficielle et profonde, comme l'ange et sa doublure, le travesti. [...]
 
Christine Buci-Glucksmann
(extrait de "Le sexe virtuel", Pour une Ecologie des media, Paris, Editions A.S.T.A.R.T.I., 1998)

Toutes les photos sont réalisées par Klonaris/Thomadaki sauf mention contraire
Photo: Requiem pour le XXe siècle

Cycles d'œuvres
Le Cycle de l'Ange (1985-1993)
Le Cycle de l'Ange (1994-2003)
page d'entrée

textes


Photos: copyright Maria Klonaris/Katerina Thomadaki.
Copyright textes: les auteurs. Tous droits réservés